F'haine

Affront national

Dernière modification le 12 avril 07

7 articles, 1 illustration

 

Contre le «mariage gay», des Français issus de l'immigration tentés par le vote Le Pen
Selon l'AFP, le phénomène reste minoritaire mais prend une ampleur inédite: des Français issus de l'immigration, pères de famille ou jeunes de banlieue, se disent prêts à voter à la présidentielle pour Jean-Marie Le Pen, champion de la «préférence nationale». «Je vais voter pour Le Pen», affirme sans hésiter Mourad Asfour, 25 ans, étudiant en histoire de l'art à Dijon. Pour lui, le candidat du FN est le seul qui «incarne l'amour de la France ». Arrivé du Maroc à 1 an, ce musulman pratiquant approuve la priorité donnée à la lutte contre l'immigration car «les capacités d'accueil de la France sont saturées». Il estime d'autre part que Jean-Marie Le Pen partage avec lui certaines «valeurs morales», comme l'opposition au mariage homosexuel. Il n'est pas isolé: Le Canard enchaîné a fait état d'un sondage réalisé pour le ministère de l'Intérieur, selon lequel 8% des Français originaires du Maghreb seraient prêts à voter Le Pen. Soit plus de 100.000 électeurs potentiels. «Le pauvre chasse plus pauvre que lui», constate avec amertume Sophia Chikirou, 27 ans, membre des instances dirigeantes du PS et auteure de Ma France laïque. Fille d'immigrés algériens, cette militante du XXe arrondissement de Paris a constaté que nombre de commerçants immigrés de son quartier s'étaient engagés pour Le Pen. «Y en a marre de voir des Maliens sans-papiers logés dans des hôtels», confirme Farid Smahi, membre du bureau politique du FN, qui se déclare «Français patriote et musulman», et qui n'hésite pas à aller vanter «la préférence nationale» dans des banlieues pauvres où il était autrefois «insulté». Grâce à son association créée pour aider les enfants irakiens pendant l'embargo international, Farid Smahi a réussi à se «faire accepter», puis à se «faire entendre». Il assure avoir apporté 3.500 adhésions d'immigrés en moins d'un an au FN. Perçu d'abord comme «un épiphénomène», le vote FN d'origine immigrée comporte désormais une «part d'adhésion», note le politologue Jean-Yves Camus. Têtu 10 04 07

Ce mardi 20 février, dans le cadre de la campagne pour les présidentielles, Jean-Marie Le Pen s'est exprimé devant une assemblée de chasseurs : "Dans le Marais de Paris, on peut chasser le chapon à toute heure du jour et de la nuit, sans qu'il n'y ait ni heure ni jour d'ouverture ou de fermeture de la chasse. Dans le Marais poitevin, en revanche, la chasse au gibier n'est plus autorisée que quelques semaines pendant l'année. C'est un peu curieux, non ?".
SOS homophobie condamne fermement ces propos particulièrement insultants vis-à-vis des homosexuels et rappelle que ce genre de déclarations, à l'instar de celles du député Christian Vanneste, ne sont pas sans conséquence car elles constituent un appel à la haine et à la violence. Appel qui incite, hélas, certains esprits faibles à passer à l'acte.
En comparant implicitement les homosexuels à du gibier, M. Le Pen ne fait qu'inciter à ce que de tels actes se reproduisent.
Par ces déclarations violentes, comme à son habitude, Jean-Marie Le Pen cherche à attirer l'attention des médias afin de propager ses idées basées sur la stigmatisation des différences. 26 02 07

Note du collectif Anti-homophobie
Gibier dans le marais
SOS-h s'est fendu d'un communiqué court et bien écrit, je n'ai pas de critique fondamentale et c'est bien de l'avoir fait.
Cependant on aurait pu peut-être trouver en termes choisis comme d'habitude une manière élégante ou pleine d'humour de s'indigner d'un xième propos vexatoire ; en effet le chapon est un coq auquel on a enlevé les couilles.
Nous serions donc des sans couilles sous entendu incapables de baiser les femmes et comme des chapons incapables de se reproduire, car dans la morale selon Saint Le Pen l'homme est ravalé au niveau de la bête : l'Amour c'est seulement pendant la période de fécondité.de la femelle, une vrai femelle censée l'accueillir les jambes écartées comme la France selon Saint Villepin afin qu'on la baise, et non pas une de ces gouines qui se refuse à ce que le mâle l'honore.
Mais Saint Le Pen se contredit devant l'Eternel car pour rien au monde ce fier à bras ne se promènerait dans ce Marais là sans escorte et en faisant attention à ses fesses ; s'il aime bien chasser la femelle, il n'est pas question d'être le gibier, l'homophobie c'est ça, d'autant que c'est bien connu, nous ne pensons qu'à ça, alors les PD trop de couilles ?
Nous sommes trop nombreux, se reproduirait-on ? Par quelle opération du Saint Esprit ? Ce doit être par l'homoparentalité bien sûr
Son but n'est donc pas seulement d'armer idéologiquement les chasseurs de PD, mais aussi d'humilier les jeunes homos de toutes les façons possibles, afin qu'ils se suicident ! Quand on a les couilles à la place du cerveau …

Jean-Marie Le Pen présente son programme et dénonce le mariage des homos
Le leader du Front national a présenté hier, dimanche 25 février, à Lille, son programme présidentiel pour 2007. Sans surprise, figure dans le programme frontiste la «défense de la structure familiale», considérée comme une «institution irremplaçable» qui «représente le caractère central de la société». Selon le Front national, la famille doit donc se fonder «exclusivement sur l'union d'un homme et d'une femme et accueillir des enfants nés d'un père et d'une mère. Nous nous opposerons donc à toute demande de création d'un mariage homosexuel ou d'une adoption par des couples homosexuels.» Les militants homos lillois les Flamands Roses avaient manifesté la veille contre la venue du FN dans leur ville. Têtu 26 02 07

Le Pen favorable à une union civile pour les homosexuels
Les candidats aux prochaines élections présidentielles ont entamé leur tournée des télévisions. Jeudi 8 février, Jean-Marie Le Pen, président du Front national était l'invité de l'émission À vous de juger sur France 2.
Au cours du débat, Monsieur Le Pen a adopté une attitude très policée. Il a affirmé d'un air patelin qu'il n'y avait pas « de police de la braguette » dans son parti.
Interrogé sur l'homosexualité, Monsieur Le Pen s'est dit favorable à « PACS civil » pour les couples de même sexe. Par contre, il est resté très ferme lorsqu'il a rappelé qu'il était « contre le mariage homosexuel et l'adoption par des couples homosexuels » . Têtu 12 02 07

Note du Collectif Anti-Homophobie sous-entendu les frontistes homosexuels ne pensent qu'à ça par contre les normaux ont autre chose que des couilles à la place du cerveau !

Marine Le Pen estime que l'«identité sexuelle» n'est pas le problème des politiques
Marine Le Pen, députée européenne et vice-présidente du Front national (FN), était l'invitée de Nicolas Demorand ce matin vendredi 5 janvier, sur les ondes de France Inter, où elle est apparue très sûre de la présence de son parti au second tour de la prochaine élection présidentielle . À une question d'un auditeur sympathisant FN qui a posé comme conditions de son vote pour le FN que son «aspirine lui soit remboursée» et que si demain il «veut se mettre en ménage avec un homme, ce soit possible», Marine Le Pen a répondu: «Nous sommes extrêmement attachés à la Sécurité sociale et à la liberté, la liberté individuelle.» Précisant que «l'identité sexuelle n'est pas le problème des politiques, par conséquent, ce monsieur a la liberté totale de vivre avec qui il veut et il n'a aucun souci à se faire» . En juin dernier, Marine Le Pen s'était prononcé contre le mariage des couples homosexuels, tout en se disant favorable à une «organisation» des unions de personnes du même sexe, notamment pour résoudre les problèmes de transmission du patrimoine . Et son père, le leader du FN, a dit récemment ne pas voir «d'inconvénient» au Pacs Notons enfin que le FN a une drôle de conception de la discrimination. Quand Nicolas Demorand a interrogée Marine Le Pen sur son projet de préférence nationale en matière de logement, elle a expliqué que « la discrimination, ce n'est pas l'injustice mais c'est un choix» , et que « celle fondée sur la nationalité est la plus légale, la plus juste et la plus morale». Têtu 08 01 07

Note du Collectif Antihomophobie : le discours est lisse, bientôt l'original sera conforme à sa copie, en ce qui nous concerne c'est toujours l'injonction du retour au placard : baisez tant que vous voulez dès l'instant que vous ne réclamez aucune revendication !

Le Pen cherche à faire oublier son hostilité au PaCS
Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a déclaré jeudi qu'il ne voyait "pas d'inconvénient" au PaCS, mais a clairement affirmé son hostilité à l'homoparentalité.
L'abrogation du PaCS ne semble plus à l'ordre au jour du Front National si l'on en croit les dernières déclarations de son leader et possible candidat à la présidentielle de 2007.
Oublié donc le soutien des maires Front National au mouvement des "maires anti-PaCS" mis en place au moment du vote de la loi, oublié le "modèle sociétal régressif comme le PaCS" comme le désignait le parti frontiste dans ses 300 mesures en 2001, oubliée encore la demande d'abrogation d'un représentant du FN sur le plateau de L'Arène de France, il y a quelques semaines : la nouvelle position "conciliante" de Le Pen sur le PaCS veut faire oublier la doctrine traditionnelle du FN sur le sujet.
Le positionnement "recentré" du parti d'extrême droite pour les élections de 2007 sur certains sujets de société, une stratégie défendue notamment par Marine Le Pen, amène le Front National à ne plus se dire ennemi du PaCS.
"Je ne vois pas beaucoup d'intérêt à cette formule, mais dans le fond, si elle permet à certaines personnes de se témoigner réciproquement de leurs intérêts matériels, je ne vois pas d'inconvénient", a déclaré Jean-Marie Le Pen sur la radio et la télévision BFM, hier. "Puisque cela porte ce nom-là, ça ne me gêne pas", a-t-il ajouté. Une manière –sans le nommer- de dire non au mariage gay.
Sur l'homoparentalité, par contre, rien ne change. "Je suis contre, pour des raisons de conception de la famille, de modélisation de la vie sociale, et d'équilibre entre les sexes". "La famille, c'est d'abord un homme et une femme", a estimé Le Pen. E-llico e-llico Mis en ligne le 22/12/06

Taverny : le candidat FN interpellé pour avoir détruit un préservatif géant
Le candidat a reconnu les faits devant la police. Il doit comparaître le 21 juin devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour "dégradation".
Joint par l'AFP, Alexandre Simonnot a indiqué avoir percé le 2 décembre au soir, un préservatif de plusieurs mètres de haut qui avait été disposé le matin même sur un obélisque situé sur un rond-point de la ville, à l'occasion de la journée mondiale contre le Sida. Alexandre Simonnot a été convoqué au commissariat de Taverny après avoir été vu par un employé municipal qui a relevé sa plaque d'immatriculation, a-t-il précisé.
"J'ai vu le matin qu'ils installaient le préservatif et je me suis dit que je ne pouvais pas tolérer qu'il reste là au vu et au su de tout le monde et notamment des enfants qui passent par là. C'est une atteinte aux bonnes moeurs. Le soir je suis revenu et je l'ai percé", a déclaré à l'AFP Alexandre Simonnot. "Je n'ai rien contre la sexualité, l'homosexualité ou les préservatifs mais pas au vu de tout le monde, tout ça doit rester dans la sphère intime", a-t-il ajouté. E-llico Mis en ligne le 18/12/06

Marine Le Pen favorable à des unions «organisées» pour les couples homos
La vice-présidente du Front national, Marine Le Pen, s'est prononcée lundi 26 juin, contre le mariage des couples gay et lesbiens, tout en se déclarant favorable à une «organisation» des unions de personnes du même sexe, notamment pour résoudre les problèmes de transmission du patrimoine. Mais selon elle, le mariage ne doit être réservé qu'aux seuls hétérosexuels. «Si nous sortons de l'union homme-femme, nous pouvons ouvrir la porte à un bouleversement absolu de notre société» , a-t-elle déclaré sur RMC. «Pourquoi n'accepterions nous pas [ensuite] la polygamie [...], qu'est ce qui pourrait l'interdire?» , a-t-elle demandé. En revanche, Marine Le Pen a trouvé «assez normal» qu'il y ait une «organisation des unions entre homosexuels, parce que ceux-ci s'inquiètent de leur avenir, parce qu'ils voient qu'ils vieillissent en couple [...], qu'ils se demandent "qu'est ce que va devenir mon conjoint quand j'aurai disparu". Il est assez normal de leur permettre de se transmettre entre eux un patrimoine» . Interrogée sur la position des homosexuels membres du FN, Marine Le Pen a répondu qu'ils n'étaient pas «favorables au mariage» . D'après elle, «ils plaident pour le droit à l'indifférence» .
(avec l'AFP) Têtu 26 06 06