Adolescent-e-s

"Le coming-out peut devenir une situation particulièrement salutaire
mettant un terme à la socialisation hétérosexiste
et permettant par conséquent de restaurer l'estime de soi et de ses semblables,
il peut aussi représenter une justification sociale et d'inscription dans une identité sexuelle" Daniel Borillo

Dernière modification le 17 décembre 06

4 articles, 2 illustrations, 6 documents en pdf, 23 liens vers des sites,
7 liens vers autres pages, 4 définitions, 1 demande

définition de l'homophobie du site mon choix.net

Le qui que quoi de l'homosexualité du site homoedu : ce qu'il convient de ne pas faire

Un Forum pour les ados : adojeunz

Homosexualité et adolescence : texte en pdf
Que fait un adolescent qui a découvert son orientation sexuelle : texte en pdf

Vous trouverez sur ces sites des exemples de coming-out :
Mon choix.net
mon-coming-out

Le refuge : agir contre l'isolement des jeunes
Homo et alors ?
Home Sweet Home
Zone ado gay
Jeunes mais gays

Young gay laxy

Comment répondre à l'homophobie ?
Que répondre aux insultes du tac au tac, pour clouer le bec à ces jeunes coqs qui se croient tellement supérieurs, dans leur propre langage, codé, vulgaire et en verlan ? Envoyez-nous vos témoignages ou inventez des dialogues plausibles.
de façon à constituer un recueil

pour réussir son coming-out : page coming-out

Fiche juridique : protection des mineurs et relations entre mineurs : Mineurs

Brochure Contact

 

Votre éducation est homophobe !

Les parents font des enfants pour compléter l'arbre généalogique, pour avoir des petits enfants, pour transmettre le nom du père, et on peut trouver cela légitime, ils ne souhaitent donc pas d'enfants homo-amoureux, car pensent-ils un peu trop vite : nous allons devoir faire le deuil des petits enfants (erreur il y a environ 200 000 familles dont les parents sont homosensibles et 20 % des homosexuel-le-s se marient).
Là où ils commettent très généralement une grosse erreur, c'est que les enfants qui ont leur orientation sexuelle fixée souvent dès l'âge de 2 ans, et en tout cas à 5 ans, sont potentiellement hétérosensuels ou homosensuels et que rien ou presque ne peut influer sur leur orientation, ce n'est jamais un choix. Ils veulent que l'enfant fasse le "bon choix" ! voir page parents

Pour des petits ou de jeunes ados on peut éviter le terme homosexuel qui ne rend pas compte de la réalité la plus importante : l'existence de sentiments, et qui donne à penser que seul le sexe compte. Le mot consacré, est détestable, on peut le garder pour les rapports et les maladies.

Ils ont beau habiller les garçons en bleu, et les filles en rose, couper les cheveux des garçons, demander tous les jours au petit garçon de la maternelle, alors as-tu une copine ? ils ont beau leur apprendre qu'on embrasse les filles et pas les garçons, et qu'il ne faut pas être efféminé, voire de ne pas fréquenter les petits pédés, ils ont beau interdire au garçon de pleurer, rien n'y fait, si le gamin est homo il le restera.
Tout au plus en feront-ils un homo qui cache ses sentiments, un jeune très refoulé et fort malheureux puisque 20 à 25 % d'entre eux feront une tentative de suicide à cause de leur homophobie !
Quant aux autres qui seront conformes au modèle hétéro tant espéré, ils en font des jeunes bêtes et méchants parce que discriminants envers les autres, pas mieux que des racistes.
Quant à l'école, elle entend ignorer cette longue et dure souffrance, et reste généralement muette. Elle assure ainsi une profonde inégalité des chances entre élèves hétéros et homos, malgré les grands principes énoncés.
On peut dire que nous naissons tous homophobes. voir page santé

Un long parcours attend tous et toutes ou presque : la déconstruction des idées fausses voir la page argumentaire et certains n'y arrivent jamais (voir la page : extrême droite).
Il y a dans le développement de l'enfant par rapport à l'homophobie 2 phases :

Première phase : les enfants naissent pour la plupart homophobes, mais antiracistes car l'école y veille, mais ils ne comprennent pas que l'homophobie est une sorte de racisme.

Deuxième phase : les adolescents choisissent :
ne voulant pas être raciste en aucune façon, il cesse d'être homophobes;
ou bien ils désirent construire leur hétérosexualité, leur virilisme sur le dos des autres, ils acceptent d'être consciemment racistes (du moins quand il s'agit d'être homophobe) en répétant : "pédé, sale race", même s'il s'agit de beurs ou de noirs (dans ce cas ils ne se croient pas concernés ni par le racisme, ni par l'homosensualité étant donné que souvent la répression familiale a condamné au silence, 10 % de leurs semblables).

 

 

Hétérosexuel-le-s (définition : Cliquez)

Vous êtes les premiers acteurs de la prévention de l'homophobie, car vous savez ce qui se passe pour vos pairs, vous connaissez ceux et celles qui passent pour être « pédés ou gouines » même s'il n'y a aucune réalité derrière ces accusations gratuites en effet beaucoup de garçons efféminés ou de filles masculines ne sont pas homosexuel-le-s.
Vous êtes à même de défendre les victimes, ou si vous ne vous en sentez pas capables, de signaler le comportement de certains jeunes qui construisent leur réputation de : « plus viril que moi tu meurs » sur le dos de ceux qu'ils interprètent comme étant homosexuel-le-s en insultant ou en agressant (tout en étant eux-mêmes pour certains d'entre eux, homosexuels refoulés).
Vous devez assistance à personne en danger, et si vous ne le faites pas alors vous êtes complices. Ceux qui agressent exigent votre silence, c'est-à-dire l'omerta pour pouvoir continuer (comme la pratique la mafia ou les jeunes qui abusent des filles par viol en réunion).
Porter son témoignage est un devoir, ne pas dire ce que l'on a vu est répréhensible,
le mouchardage, la délation ce n'est pas cela, c'est dénoncer un camarade lorsque personne ni vous ni une autre personne n'est victime.
Pensez bien, votre responsabilité est grande.
Vous pouvez tous soutenir moralement la victime.
Même encore très jeunes, vous comprenez qu'il est très mal d'être raciste, vous pouvez donc comprendre que l'homophobie étant une variété de racisme, il faut lutter contre elle
- en soi
- chez les autres

 

 

 

Homo ou bisexuel-le-s (définition : Cliquez)

Pour ceux qui sont réellement homosexuel-le-s, un moment difficile de votre vie est celui des questionnements suis-je ou ne suis-je pas homosexuel-le ? ces questionnements peuvent durer plusieurs années étant donné que le passage de l'amitié à l'amour est flou, un simple désir sexuel de quelques semaines ne suffit pas pour faire de vous un-e homosexuel-le : voir l'association Sida-Info-Ligne Azur
ligne azur ; 0810 20 30 40 au prix d'un appel local à partird'une ligne fixe.

Puis la torture devient : suis-je normal ? suis-je comme les autres homosexuel-les ? puis serais-je heureux ? trouverais-je quelqu'un qui m'aime et que j'aime? saurais-je être utile à la société ? Devrais-je faire le deuil d'une vie "normale" et des enfants ? voire, cette vie vaut-elle la peine d'être vécue ?
Pensez avant de commettre un geste fatal ou d'adopter une conduite à risque que dans quelques années vous rendrez une ou des personnes heureuses et vous penserez que vous êtes "béni-e des dieux" d'être homosexuel-le et "ce que j'étais bête quand j'étais jeune !"
Non, vous n'étiez pas bête, mais vous avez été plongé dans un bain homophobe depuis l'âge de 3 ans, dont il est difficile et très long de sortir en bon état.
Beaucoup d'associations locales peuvent dissiper votre mal-être et les sites :
Originegay.com/Annuaire_LGBT/Societe/Famille/
Contact
MAG-Paris

Coming-out, la galère des ados
De plus certaines associations s'occupent de groupes de paroles
Nous désirons recevoir des précisions : quelles associations, qui intervient ? quels publics? quels sujets ?
Profitez de ce que vous êtes dans un groupe de paroles pour aborder ces questions

Pour les ados ou adultes victimes d'homophobie, des conseils au : 0810 108 135

Voyez aussi dans la page Documents le texte : "l'homophobie intériorisée"

Le meilleur livre pour vous est incontestablement dans la page Divers rubrique Livres : l'homosexualité à l'adolescence d'Anne Vaisman , offrez-le à vos parents, ou laissez-le non discrètement dans le salon, ou encore laissez trainer la brochure de l'association contact à télécharger à partir de leur site

 

 

 

Pour les adolescents de couleur quelques sites :
Long Yang Club

Pour les Blacks : la communauté black homo-amoureuse de Paris est suffisamment importante pour pouvoir organiser des soirées dansantes.
Nous tenons à signaler :
l’association Akwaba : akwabaparis@yahoo.fr 01 47 73 01 30 dont l’objectif est l’aide aux gays africains, caribéens, antillais filles et garçons et l’organisation de voyages vers les gays d’Afrique.
centreafrika.com/Noirgai.htm
"An Nou Allé !" : CGL Antilles-Guyane, Association des Noir/es LGBT en France
Signalons que 4 pays africains au moins ne pénalisent pas l’homosexualité : la Côte d’Ivoire, le Gabon et Sao-Tomé.
L’Afrique du Sud sous l’influence de Nelson Mandela a inscrit dans sa constitution, l'interdiction des discriminations pour cause d'orientation sexuelle, car les militants anti-apartheid homosensuel-le-s, ont permis la victoire contre le régime ultraraciste et homophobe blanc (les personnes des diversités sexuelles ont payé un lourd tribu fait d’humiliations, de tortures et d’assassinats en tant que noir-e-s, mais aussi en tant qu’homosensibles).
Par contre beaucoup de chefs d’Etats et de citoyens africains estiment que l’homosexualité est une « maladie réservée aux blancs », devant l’évidence du mensonge, ils déclarent que ce n’est pas l’affaire « de vrais africains ».
Dans certaines tribus africaines, on tolère plus ou moins les Yossis actifs et les Ubis passifs jouant le rôle de la femme, ils ne sont pas vus comme homosexuels, les mots ne sont pas les mêmes ou n’ont pas le même sens qu'en occident.

Pour les Maghrébins et Moyen-orientaux de religion musulmane :
Voir les sites : citebeur
kelma.org/beur

Kelmaghreb
Baby boy
Pour les turcs de Belgique
Pour la reconnaissance des droits de gays algériens : Algerigay
Les parents, les religieux essaient d'expliquer aux jeunes qu'il est impossible qu'un musulman soit homosexuel, le Coran immuniserait ! Ou devant l'évidence du mensonge, qu'il ne peut s'agir de "bons musulmans". En fait l'orientation sexuelle est définie entre 0 et 5 ans et change peu par la suite, toutes les religions ont donc le problème d'une contradiction entre l'existence d'amours homosexuelles authentiques qu'elles refusent et leur profession de tolérance, "d'amour" entre tous les hommes, elles n'admettent pas la réalité des hommes différents dans leur orientation sexuelle et veulent ériger un modèle hétéronormé (où l'hétéro est la norme et où tout individu différent serait "a"normal). Là aussi, là-bas, les choses sont vécues différemment et dans le secret absolu : on pratique mais ça ne se dit pas. L'être humain doit se marier et faire des enfants, c'est sa dette à la société, à partir de ce moment on tolère qu'il "s'amuse" et seul celui qui est passif est vu comme homosexuel. voir la page religions homosexualité et islam

Nous cherchons des textes, pouvant aider ces jeunes

 

Cliquez pour agrandir